x

En continuant à naviguer sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
> En savoir plus

Discours 60 Ans du COS de Nantes

Vendredi 22 avril 2016 - Conservatoire de Nantes

Florent Couteau, Président du COS de Nantes
RDV protocolaire avec Mme Johanna Rolland, Présidente-Maire de Nantes et Mme Lefranc, Adjointe au Personnel.

Bonsoir, je suis très content de fêter avec vous, Madame Le Maire, avec vous, Madame Lefranc, Adjointe au Maire de Nantes, avec vous, chers collègues, les 60 ans du Comité des Oeuvres Sociales de Nantes.

Je ne sais pas si, à l’avenir, je serai aussi content de fêter d’autres 60 ans à venir, mis à part, peut-être, ceux de mes enfants.

Le COS est né en 1955, de la volonté des organisations syndicales, unies dans l’action, de répondre aux besoins sociaux des salariés. Son intention était de créer les conditions d’une émancipation sociale de chacun par l’accès à la culture, aux vacances et aux loisirs, tout ceci guidé par les principes de la Solidarité et les valeurs du collectif et de l’humanisme.

Cet élan revendicatif a été entendu par les élus municipaux de l’époque, et a permis la création du COS.

Revendiquer de créer les conditions d’une émancipation sociale de chacun, c’est reprendre ni plus ni moins, les objectifs de l’Education Populaire, l’Education Populaire, cet enfant du siècle des Lumières, dont on attribue la paternité à Condorcet.

Révolutionnaire éclairé et malheureusement trop rapidement contraint au silence, Condorcet disait :

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, qui recevront leurs opinions d’une opinion étrangère, en vain toutes les chaînes auraient été brisées, en vain des opinions de commandes seraient d’utiles vérités.

Le genre humain n’en resterait pas moins partagé entre deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celle des hommes qui croient. Celle des maîtres et celle des esclaves »

Je pense que notre association, le COS, s’inscrit pleinement dans ce mouvement qui tend à permettre l’émancipation individuelle et collective.

Le COS prend à son compte l’idée que l’Education Populaire dit reconnaître à chacun la capacité de progresser et de se développer à tous les âges de la vie.

Concrètement, le COS a la volonté d’accompagner les salariés, actifs et retraités, ainsi que leur famille, vers l’émancipation en proposant un large éventail de prestations et de propositions dans le champ culturel, dans celui des vacances, ou encore des loisirs.

Subventionner les départs en vacances, c’est, permettre à chacun de faire des découvertes, de paysages, des découvertes culturelles, des contextes et réalités différents, c’est favoriser les échanges, les partages, c’est inviter à participer à des expériences collectives. C’est le cas par exemple, pour nos jeunes, quand ils partent en séjour.

Dans le champs des loisirs, faciliter la pratique d’un sport, autoriser chacun à s’offrir des temps de distraction ou de détente, c’est inviter au bien-être.

Promouvoir l’accès à la culture, comme lecteur, visiteur, spectateur, ou comme acteur en encourageant la pratique d’une discipline artistique et créative, c’est inviter l’individu à s’interroger, s’émerveiller, s’auto-éduquer, s’élever, prendre conscience de sa place dans la société.

Ainsi, si le COS peut ajouter du sel à nos vies. Tant mieux.

Faisons que nos vies soient intéressantes, et pour reprendre une formule populaire qui claque, « ne passons pas notre vie à la gagner ». L’enjeu de nos vies est ailleurs.

Je me félicite que nos employeurs partagent avec nous cette philosophie et maintiennent ce cap.

Je fais le vœu que cet élan ait un prolongement et que l'engagement renouvelé de nos partenaires/financeurs pour encore 60 belles années, permette à chacun d’aller sur le chemin de l’émancipation sociale.

Vous savez, rien n'est acquis dans cette quête de l'émancipation.

Par ailleurs, à l'occasion de cet anniversaire, je souhaiterais faire des remerciements :

-D'abord à vous, Mme Le Maire, Mme l'Adjointe au Maire en tant que représentante de la Ville de Nantes et de Nantes Métropole, collectivités qui nous financent aux côtés de l'Ecole Supérieure des Beaux-Arts, du syndicat Mixte Angers-Nantes Opéra et du Crédit Municipal.

Je voudrais également témoigner de toute ma gratitude envers l'équipe des salariés du COS, équipe qui s'engage au quotidien pour vous accueillir et dont les conditions de travail, durant l'année écoulée, ont été difficiles, pour des problèmes de remplacements sur des postes vacants.

Comme vous avez pu le constater, le service que nous vous devions, à vous bénéficiaires du COS, a été dégradé. Cela a meurtri l'équipe et les élus du COS, aussi pour le moins, je me dois au nom du Conseil d'Administration, de vous présenter des excuses pour les difficultés passées.

Des mesures ont été prises, une réorganisation est en marche, aussi, sans pour autant verser dans l'autosatisfaction ou une confiance béate, nous pouvons raisonnablement miser sur une stabilité retrouvée :

aujourd'hui, je peux vous annoncer le retour à un fonctionnement aux horaires habituels du COS, à compter du 2 mai.

Revenons au personnel du secrétariat du COS .

Je voudrais remercier les agents d'accueil, ceux dont vous voyez le travail, nos ambassadeurs du COS, ceux qui ont un métier exigeant, celui d'être toujours disponible pour vous conseiller et vous servir.

Je voudrais également remercier les personnes que vous ne voyez pas et qui s'activent pour faire fonctionner le COS : je veux parler des agents de la comptabilité, du secrétariat, de la communication et l'équipe d'animation.

Merci à eux. C'est leur fête aujourd'hui.

Parmi le personnel, remerciements particuliers et appuyés à Carole-Alice Defresne, Antoine Crastes de l'équipe d'animation, à Catherine Blin, responsable administrative du COS, pour leur engagement à tous trois pour faire de cet anniversaire, une fête réussie.

Merci à eux pour l'organisation de l'événement.

Je voudrais également vivement remercier parmi les élus du COS, tous ceux qui se sont engagés dans l'organisation de cette manifestation, et tout particulièrement les élus de la commission « Festivités ».

Mercis et reconnaissance pour les générations d'élus du COS, les actuels, les anciens pour 60 ans d'avancées sociales.

Merci aux organisations syndicales pour leur appui. A travers le COS, les organisations syndicales apportent la preuve de leur capacité à bien gérer un organisme.

Merci à la direction du Conservatoire de Nantes, à Viviane Serry la directrice et Pierre Gallier, son adjoint, pour la confiance, l'enthousiasme autour de cet anniversaire et pour la mise à disposition de ce bel équipement municipal que je vous invite à fréquenter régulièrement à l'occasion des différents spectacles organisés : Heure Musicale du Jeudi, concert des grands élèves, orchestres…

Merci à la direction technique du Conservatoire et à son équipe de techniciens, fiers de montrer leur savoir-faire au service des collègues, dans quelques instants sur scène.

Merci à vous public d'être venu faire la fête avec nous, à vous chers collègues, dont certains ont osé avec courage, ou avec inconscience, relever le défi de cette soirée.

Si comme le disent les chantres de l'Education Populaire dont je parlais précédemment, « la culture est un outil de dignité pour les peuples », il ne s'agit pas seulement de donner accès aux œuvres, mais d'encourager toutes et tous à oeuvrer, à exprimer leur créativité ».

Tel est le défi de cette soirée, permettons la révélation de talents cachés et encourageons tous nos talentueux collègues à exprimer leur art.

Si nous faisons la fête aujourd'hui, c'est avec l'idée de lui donner du sens.

Nous célébrons, ce soir, un partenariat de 60 ans avec nos financeurs qui depuis autant d'années allouent à notre association, une subvention qui représente 1 % de la masse salariale de nos collectivités, pour que celle-ci vous soit redistribuée selon des mécanismes solidaires.

Donc, marquer, ce soir, 60 ans d'activité au COS et 60 ans d'histoire, c'est aussi nous engager, les uns et les autres, le COS comme les financeurs, à poursuivre l'oeuvre et créer les conditions de la développer.

Vous mobiliser, vous collègues, comme vous le faîtes pour chacune de ces soirées anniversaires, j'y vois la marque d'un attachement et d'une adhésion aux valeurs du COS et un témoignage de votre volonté de les porter collectivement pour les consolider.

Donnons du sens à la Fête !

Amusons-nous bien !

Florent Couteau
Président du COS